Pendant la période de confinement liée au Covid-19, MintT a poursuivi sa mission : aider le personnel soignant, favoriser l’autonomie des personnes âgées. En jouant son rôle sociétal. Jérôme, conseiller clinique et infirmier de formation, s’est porté bénévole en maison de repos dans la région de Bruxelles. Il raconte dans cette série d’articles son expérience.

Après une première journée de bénévolat, Jérôme s’est senti démuni face à des résidents ayant peu de contacts avec leurs proches. Il a eu l’idée de donner à une maison de retraite des tablettes pour briser cet isolement.

En plus de cette action, il s’est immergé dans une autre maison de repos… où la rencontre était au rendez-vous. Voici son témoignage.

Bénévolat jour #2 : Odette

Mon premier jour de bénévolat en maison de retraite m’a poussé à m’interroger. Confiner ou dé-confiner les personnes âgées ? A quoi sert de les enfermer si elles se laissent mourir par syndrome de glissement ? Et surtout comment définir une vie de qualité ?

Travailler en silo

Rempli de ces interrogations, je me suis retrouvé dans une autre maison de repos, dans un Cantou dans un établissement de Saint Josse. Pour rappel, un cantou (acronyme de Centres d’Activités Naturelles Tirées d’Occupations Utiles) est une unité communautaire qui accueille des personnes atteintes d’Alzheimer ou d’une démence.

Ce qui m’a plu dans cette maison de retraite, c’est l’effort que la direction ainsi que l’équipe soignante ont déployé pour travailler en silo afin de limiter le risque de contamination.

Manque de personnel

Bien que l’équipe soit forte, cette organisation nécessitait davantage de soignants pour fonctionner de la sorte. Il fallait donc faire appel à des volontaires. En mon for intérieur, je me suis dit que le gouvernement me serait redevable, comme à tous les autres membres du personnel médical et soignant. Comment peut-on si peu considérer les soignants ?

Le soignant : garant de la relation

Cette nouvelle journée a été comme une renaissance de mon moi-soignant. J’ai réalisé mes premières toilettes depuis mes études terminées en 2000…il y a près de 20 ans !

J’ai commencé « soft » : 3 toilettes, les médicaments et beaucoup de relation. Au fil des journées passées dans cette maison de retraite, j’ai en fait découvert et appris à connaître chacun des résidents du cantou.

Le point marquant a été le besoin de relation des résidents. Le confinement est une période angoissante. Pas de visites, pas de déplacements en dehors du cantou. Et nous sommes tous masqués. Pourtant, il faut continuer à vivre ensemble, comme chacun de nous essaye de le faire en famille ou dans son couple.

Petit déjeuner

Ce matin-là, je me suis occupé d’Odette, grande photographe à l’esprit vif. Nous avons passé la durée de la toilette à discuter des voyages qu’elle avait faits dans le cadre de son ancien métier de photo-reporter. Ensuite, je l’ai accompagnée au salon pour le petit déjeuner. Chacun se réveillait tranquillement sur de confortables fauteuils installés dans le salon. Certains plus vite que d’autres. Et les premiers jurons faisaient leurs apparitions. À la fin du petit déjeuner, Odette était dans un état de totale sidération. Accablée par un soudain mal de dos, elle ne pouvait plus construire ses idées et s’exprimait par une suite de mots décousus.

Distanciation sociale et Alzheimer

À ce moment-là, je me suis dit que la distanciation sociale ne rimait à rien avec des résidents Alzheimer… je l’ai donc prise par le bras pour la raccompagner dans sa chambre pour lui masser le dos. Miracle de la physiologie, absolue nécessité de ce métier : alors que je prenais soin d’elle, son discours s’est structuré au fil du massage.

Après les mots, émis à un rythme saccadé, se sont succédées des phrases, de plus en plus fluides. Puis, elle a quitté le champ lexical de l’agression.

Je lui ai montré quelques photos que j’avais réalisées. Nous avons parlé d’art photographique. « Le contraste, c’est ce qu’il y a de plus important en photo » m’a-t-elle dit.

Ces précieux moments ont constitué une réelle richesse pour moi. 20 années de métier d’infirmier, dont 8 ans dans le traitement et l’accompagnement de la douleur. Et après ma reconversion dans l’entreprenariat, j’ai redécouvert, grâce à Odette, mon métier.

Lire plus

Pourquoi analyser les séquences avant et après la chute ?

| Blog | No Comments
Il existe plusieurs systèmes de détection des chutes qui aident le personnel soignant à mieux accompagner les personnes âgées. La solution ISA va au-delà de la simple détection d’un comportement…

Comment ISA aide les soignants à prévenir les chutes ?

| Blog | No Comments
Comment éviter que les patients en hôpital ou résidents en maisons de repos ne tombent ? Pour prévenir les chutes, deux mots clés : détecter et analyser Mieux vaut prévenir…

Conséquences des chutes pour les patients : Comment reconnaître le syndrome post-chute ?

| Blog | No Comments
Au-delà des blessures physiques immédiates, l’impact de la chute pour une personne âgée recèle également un aspect psychologique et peut mener à une diminution de l’autonomie physique alors que l’examen…

MintT propose, en téléchargement, une série d’outils pour la prévention des chutes, pour la formation du personnel soignant ainsi que de la documentation sur le détecteur de chute.

Page de téléchargement

Avez-vous encore des questions ?

Contactez-nous